Décision

Les décisions diffusées proviennent de tribunaux ou d'organismes indépendants de SOQUIJ et pourraient ne pas être accessibles aux personnes handicapées qui utilisent des technologies d'adaptation. Visitez la page Accessibilité pour en savoir plus.
Copier l'url dans le presse-papier
Le lien a été copié dans le presse-papier
Gabarit de jugement pour la cour d'appel

Loubier c. Smith

2019 QCCA 812

COUR D’APPEL

 

CANADA

PROVINCE DE QUÉBEC

GREFFE DE

 

MONTRÉAL

N° :

500-09-026713-172

(500-17-088885-150)

 

DATE :

 9 mai 2019

 

 

FORMATION : :

LES HONORABLES

FRANCE THIBAULT, J.C.A.

JACQUES DUFRESNE, J.C.A.

MARK SCHRAGER, J.C.A.

 

 

ANDRÉ LOUBIER, en sa qualité de syndic adjoint de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec

APPELANT — mis en cause

c.

 

DALE SMITH

INTIMÉ — requérant

 

TRIBUNAL DES PROFESSIONS

MIS EN CAUSE — intimé

 

VÉRONIQUE SMITH, en sa qualité de secrétaire du Conseil de discipline de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec

MISE EN CAUSE — mise en cause

 

 

ARRÊT

 

 

[1]           L’appelant, André Loubier, à titre de syndic-adjoint de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec,  en appelle du jugement de la Cour supérieure rendu le 14 février 2017 (district de Montréal, l’honorable Chantal Chatelain), qui accueille le pourvoi en contrôle judiciaire du jugement du Tribunal des professions et maintient, pour des motifs différents, la décision du Comité de discipline de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec du 18 juin 2014 qui rejette la plainte disciplinaire portée contre l’intimé, Dale Smith.

[2]           Pour les motifs du juge Dufresne, auxquels souscrivent les juges Thibault et Schrager, la Cour :

[3]           REJETTE l’appel, avec frais de justice.

 

 

 

 

FRANCE THIBAULT, J.C.A.

 

 

 

 

 

JACQUES DUFRESNE, J.C.A.

 

 

 

 

 

MARK SCHRAGER, J.C.A.

 

Me Michel C. Bélisle

POULIOT, CARON, PRÉVOST, BÉLISLE, GALARNEAU

Pour l’appelant

 

Me Sébastien C. Caron

LCM AVOCATS INC.

Pour l’intimé

 

Date d’audience :

14 novembre 2018


 

 

 

MOTIFS DU JUGE DUFRESNE

 

 

[4]           L’appelant, André Loubier, est le syndic adjoint de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec (ci-après, « l’Ordre »), dont est membre l’intimé, Dale Smith. Ce dernier a fait l’objet, le 8 mars 2010, d’une décision, maintenant définitive, de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (ci-après, la « CVMO ») déclarant qu’il a contrevenu aux obligations prescrites par la Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario[1] (« in breach of »), de concert avec deux autres dirigeants, John Xanthoudakis et Peter Kefalas[2], et lui imposant des sanctions monétaires de plus de 2 M$[3]. Cette décision s’inscrit dans le contexte du scandale financier connu sous le nom de l’affaire Norshield dans laquelle plus de 1900 investisseurs ont perdu quelque 159 M$.

[5]           Le débat porte pour l’essentiel sur la qualification de la décision rendue par la CVMO  et de l’interprétation de l’article 11(1) du Code de déontologie des comptables agréés (ci-après, le « Code de déontologie »)[4] en vigueur au moment du dépôt de la plainte disciplinaire contre l’intimé.

[6]           Pour bien cerner le débat, il importe de faire un survol des procédures et décisions rendues, tant en Ontario qu’au Québec, avant d’examiner le droit applicable.

CHRONOLOGIE DES PROCÉDURES 

[7]           En octobre 2006, la CVMO convoque l’intimé et d’autres personnes, dont John Xanthoudakis, pour répondre à des allégations d’avoir contrevenu aux lois ontariennes en matière de valeurs mobilières. Après 18 jours d’audition, la CVMO conclut, le 8 mars 2010, que l’intimé a contrevenu aux lois ontariennes en matière de valeurs mobilières :

334  We find that the Respondents were in breach of their obligations under Ontario securities laws, for all the reasons discussed in our analysis above:

NAM, Olympus United Group, Xanthoudakis and Smith failed to deal fairly, honestly and in good faith with investors, contrary to subsections 2.1(1) and 2.1(2) of OSC Rule 31-505;

NAM and Olympus United Group failed to keep and maintain proper books and records in relation to the Norshield Investment Structure, contrary to section 19 of the Act and section 113 of Ontario Regulation 1015 of the Act;

as a consequence of their positions of seniority and responsibility and in their positions as officers and directors of NAM and Olympus United Group, Xanthoudakis and Smith authorized, permitted and acquiesced in the breaches of Ontario securities laws in (i) and (ii), above;

Xanthoudakis and Smith knowingly made statements and provided evidence and information to Staff that was materially misleading and failed to state facts which were required to be stated in an effort to hide violations of Ontario securities laws, contrary to clause (a) of subsection 122(1) of the Act; and

Xanthoudakis, Smith and Kefalas engaged in a course of conduct that was abusive to and compromised the integrity of Ontario's capital markets and was contrary to the public interest.[5]

[8]           Puis, le 6 août de la même année, la CVMO lui impose, ainsi qu’à John Xanthoudakis, les sanctions suivantes :

(a) pursuant to clause 1 of subsection 127(1) of the Act, Mr. Xanthoudakis’s registration under the Act is terminated;

(b) pursuant to clause 1 of subsection 127(1) of the Act, each of Mr. Xanthoudakis and Mr. Smith is permanently prohibited from becoming registered under the Act;

(c) pursuant to clause 2 of subsection 127(1) of the Act, each of Mr. Xanthoudakis and Mr. Smith shall cease trading in securities permanently, except that Mr. Xanthoudakis and Mr. Smith may trade in securities for the account of their registered retirement savings plans and/or registered retirement income funds (as defined in the Income Tax Act (Canada)) in which they and/or their spouses have sole legal and beneficial ownership, provided that, as the order applies to each of them as individuals:

(i) the securities traded are listed and posted for trading on the Toronto Stock Exchange, the New York Stock Exchange or NASDAQ (or their successor exchanges) or are issued by a mutual fund which is a reporting issuer;

(ii) he does not own legally or beneficially (in the aggregate, together with his spouse) more than one percent of the outstanding securities of the class or series of the class in question; and

(iii) he carries out any permitted trading through a registered dealer (which dealer must be given a copy of this order) and through accounts opened in his name only;

(d) pursuant to clause 3 of subsection 127(1) of the Act, any exemptions contained in Ontario securities law do not apply to each of Mr. Xanthoudakis and Mr. Smith permanently;

(e) pursuant to clause 6 of subsection 127(1) of the Act, each of Mr. Xanthoudakis and Mr. Smith is reprimanded;

(f) pursuant to clause 7 of subsection 127(1) of the Act, each of Mr. Xanthoudakis and Mr. Smith is ordered to resign all positions held as a director or officer of an issuer;

(g) pursuant to clause 8 of subsection 127(1) of the Act, each of Mr. Xanthoudakis and Mr. Smith is permanently prohibited from becoming or acting as a director or officer of any issuer; and

(h) pursuant to clause 9 of subsection 127(1) of the Act, each of Mr. Xanthoudakis and Mr. Smith is required to pay the following administrative penalties, for allocation to or for the benefit of third parties, in accordance with subsection 3.4(2)(b) of the Act:

(i) $1,000,000 in respect of their breaches of section 2.1 of OSC Rule 31-505 which required that they deal fairly, honestly and in good faith with investors;

(ii) $1,000,000 in respect of their breaches of section 19 of the Act and section 113 of Ontario Regulation 1015, which require that books and records of NAM and Olympus United Group be maintained; and

(iii) $125,000 for misleading Staff, contrary to subsection 122(1)(a) of the Act;

and

(i) pursuant to section 127.1 of the Act, Mr. Xanthoudakis and Mr. Smith shall jointly and severally pay to the Commission, the Commission’s costs of the investigation and hearing of this matter in the amount of $295,000.[6]

[9]           L’intimé conteste, sans succès, devant la Cour supérieure de justice de l’Ontario[7] la décision de la CVMO et échoue en appel[8].

[10]        Subséquemment, l’intimé transmet à l’Ordre sa déclaration annuelle pour la période du 1er avril 2011 au 31 mars 2012 intitulée « Collection of information 2011-2012 », laquelle comporte une réponse affirmative à l’affirmation suivante : « I have been found guilty of violating a tax act or a securities act in Canada or another country ».

[11]        Le 30 août 2012, l’appelant, à titre de syndic adjoint de l’Ordre, porte une plainte disciplinaire contre l’intimé, qui ne comprend qu’un seul chef d’infraction, ainsi libellé :

[] I am reasonably informed, have reason to believe and do believe that Dale Smith, CPA, CA, who is a member of the Ordre des comptables professionnels agréés du Québec, was guilty of an act derogatory to the dignity of the profession:

1. By being found guilty, in Toronto, by a decision rendered by the Ontario Securities Commission, on or around March 8, 2010, in the matter of the Securities Act (R.S.O. 1990, c. S. 5), as amended, and Norshield Asset Management (Canada) Ltd. (NAM), Olympus United Group Inc., John Xanthoudakis, Dale Smith and Peter Kefalas - a decision that is now final - of having committed the following violations of the Securities Act (R.S.O. 1990, c. S.5):

i. NAM, Olympus United Group, Zanthoudakis and Smith failed to deal fairly, honestly and in good faith with investors, contrary to subsections 2.1(1) and 2.1(2) of OSC Rule 31-505;

ii. NAM and Olympus United Group failed to keep and maintain proper books and records in relation to the Norshield Investment Structure, contrary to section 19 of the Act and section 113 of Ontario Regulation 1015 of the Act;

iii. as a consequence of their position of seniority and responsibility and in their positions as officers and directors of NAM and Olympus United Group, Zanthoudakis, and Smith, authorized, permitted and acquiesced in the breaches of Ontario securities laws in (i) and (ii), above;

iv. Xanthoudakis and Smith knowingly made statements and provided evidence and information to staff that was materially misleading and failed to state facts which were required to be stated in an effort to hide violations of Ontario securities laws, contrary to clause (a) of subsection 112(1) of the Act; and

v. Zanthoudakis, Smith and Kefalas engaged in a course of conduct that was abusive to and compromised the integrity of Ontario’s capital markets and was contrary to the public interest; []

thus contravening the provisions then in force of section 11.1° of the Code of Ethics of Chartered Accountants (R.R.Q., c. C-48, r.2.01).

Consequently, I am lodging this complaint against Dale Smith, CPA, CA, before the Disciplinary Council of the Ordre des comptables professionnels agréés du Québec.

[12]        Le 18 juin 2014, le Conseil de discipline (ci-après, le « Conseil ») rejette la plainte au motif que l’appelant ne s’est pas acquitté de son fardeau de preuve en ne faisant pas la preuve du droit ontarien par un témoin expert[9]. L’appelant porte en appel cette décision devant le Tribunal des professions, qui infirme la décision du Conseil et déclare l’intimé coupable du chef 1 de la plainte[10].

[13]        Le 11 juin 2015, l’intimé se pourvoit en contrôle judiciaire de ce jugement devant la Cour supérieure.

[14]        Le 14 février 2017, la Cour supérieure rend sa décision par laquelle elle accueille le pourvoi judiciaire de l’intimé et maintient, pour des motifs différents, la conclusion de la décision du Conseil du 18 juin 2014[11], d’où l’appel.

[15]        Il importe de résumer la teneur du jugement du Tribunal des professions et de celui de la Cour supérieure.

JUGEMENT DU TRIBUNAL DES PROFESSIONS

[16]        Le 12 mai 2015, le Tribunal des professions (ci-après, le « Tribunal ») conclut que la preuve d’expert du droit ontarien en matière de valeurs mobilières n’est pas nécessaire, accueille l’appel, infirme la décision du Conseil, déclare l’intimé coupable relativement au chef 1 de la plainte disciplinaire et retourne le dossier devant le Conseil pour qu’il procède à l’audition sur la sanction à imposer dans les circonstances.

[17]        Pour en arriver à ces conclusions, le Tribunal applique la norme d’intervention de la décision correcte à l’endroit de la question portant sur la nécessité de recourir à un témoin expert en droit étranger et celle de l’erreur manifeste et dominante en ce qui a trait à la suffisance de la preuve pour donner ouverture à l’application de l’article 11(1) du Code de déontologie, s’agissant d’une question mixte de fait et de droit.


 

[18]        Pour une meilleure compréhension, il importe de citer ici l’article 11(1) du Code de déontologie :

11. Est coupable d'un acte dérogatoire à la dignité de la profession, outre ceux mentionnés aux articles 57, 58, 59.1 et 59.2 du Code des professions, tout membre de l'Ordre:

11. Shall be guilty of an act derogatory to the dignity of the profession, in addition to those mentioned in sections 57, 58, 59.1 and 59.2 of the Professional Code, any member of the Ordre who :

1. qu'un jugement définitif d'un tribunal compétent reconnaît coupable d'une infraction à une loi fiscale ou à une loi sur les valeurs mobilières tant au Canada qu'à l'étranger ;

1. is found guilty by a final judgment of a court of competent jurisdiction of an offence against any tax act or securities act in Canada or elsewhere;

 

[19]        D’avis que le Conseil a commis une erreur de droit « [puisqu’]une preuve d’expert en droit étranger n’est pas indispensable pour traiter la plainte et trancher le litige », le Tribunal fait porter son analyse sur la question visant à vérifier si la preuve devant le Conseil donne ouverture à l’application de l’article 11(1) du Code de déontologie.

[20]        Il note, dans un premier temps, que l’article 11(1) du Code de déontologie constitue un régime d’exception qui ouvre la voie à une procédure allégée. Puis, il fait ressortir le fait que le législateur exige, pour donner ouverture à l’application de cette disposition, qu’il s’agisse d’un « jugement définitif » qui émane « d’un tribunal compétent ». Concluant qu’à n’en pas douter la décision rendue le 8 mars 2010 par la CVMO a un caractère définitif, il procède à une analyse plus poussée avant de conclure que « la CVMO est un « tribunal compétent » pour les matières relevant de sa juridiction, en l’occurrence l’application de la LVMO ».

[21]        Fort de ces constats, le Tribunal se pose la question de savoir si dans sa décision du 8 mars 2010 la CVMO déclare l’intimé « coupable d’une infraction à une loi sur les valeurs mobilières au Canada » au sens de l’article 11(1) du Code de déontologie.

[22]        Le Tribunal, après avoir rappelé que « la finalité de la déontologie est la protection du public », décide de l’appel de la décision du Conseil en ces termes :

[44]      Cette finalité est la même pour la LVMO. En d’autres mots, l’objectif recherché par les mécanismes mis en place est de favoriser une interprétation large qui produit les effets escomptés : mettre le public à l’abri des conduites intolérables de la part d’un professionnel.

[45]      Or, dans son analyse de la situation, la CVMO utilise des expressions fort révélatrices tels que « Breach of obligations », « Abuses », « Breaches of the Act », « Securities law violation ». Bien que les termes retenus par la CVMO ne soient pas identiques à ceux qu’on mentionne dans le libellé de l’article 11(1), il n’en demeure pas moins qu’ils recoupent une même réalité : le constat d’une conduite fautive transgressant la loi en matière de valeurs mobilières. Là se situe le manquement déontologique donnant ouverture au régime d’exception prévu à l’article 11(1). En outre, cela concorde avec la teneur du formulaire que l’Ordre exige de ses membres et que l’intimé a complété et signé.

[46]      Avec respect pour l’opinion contraire, une preuve d’expert en droit étranger n’est pas indispensable pour traiter la plainte et trancher le litige.

[47]      La disposition centrale dans le débat est clairement l’article 11(1) du Code. Cela relève du droit québécois.

[48]      Certes, un juriste ontarien aurait pu apporter un éclairage utile concernant le régime applicable en matière de valeurs mobilières dans sa province, mais cela n’est pas essentiel. Le dépôt de la décision du 8 mars 2010 (CVMO) et de la Loi (LVMO) suffit pour déterminer s’il y a, en l’espèce, ouverture à l’application de l’article 11(1). C’est là le seul enjeu du litige.[12]

JUGEMENT DE LA COUR SUPÉRIEURE

[23]        La juge de première instance identifie les deux questions soulevées dans le pourvoi et vérifie si le Tribunal a appliqué la bonne norme d’intervention :

[46]      Ainsi, dans un premier temps, le Tribunal doit s’assurer que le TP a choisi la bonne norme de révision en analysant la Décision du Conseil. Si la réponse à cette première question est affirmative, dans un deuxième temps, le Tribunal doit déterminer si le TP a correctement appliqué la norme retenue.

[47]      En l’espèce, quant au choix par le TP de la norme de révision applicable, ce dernier conclut que les deux questions en litige qu’il a identifiées appellent l’application de deux normes différentes.

[48]      Quant à la première question visant à savoir si la preuve déposée devant le Conseil donnait ouverture à l’application de l’article 11(1) du Code de déontologie, même si les mots choisis par le TP font appel à la terminologie applicable lors d’un appel portant sur des questions mixtes de faits et de droit, il appert que le TP entendait appliquer la norme de la décision raisonnable eu égard à cette question. Ce choix de la norme est correct.

[49]      Quant à la deuxième question visant à savoir s’il était nécessaire de recourir à un témoin expert en droit étranger pour répondre à la question précédente, le TP estime que s’agissant d’une question de droit, il peut intervenir en cas d’erreur de la part du Conseil. Ce choix de la norme est également correct.

[50]      Soulignons d’emblée que le TP répond rapidement à cette deuxième de la façon suivante :

[46]       Avec respect pour l’opinion contraire, une preuve d’expert en droit étranger n’est pas indispensable pour traiter la plainte et trancher le litige.

[51]      Le Tribunal est également d’accord. D’ailleurs, à l’audience, les parties ont toutes deux concentré leurs arguments sur la première question en litige, et ce, en tenant vraisemblablement pour acquis qu’aucune preuve d’expert n’était requise pour y répondre.

[52]      Cela dit, le Tribunal doit maintenant déterminer si le TP a erré dans l’application de la norme de la décision raisonnable eu égard à la première question en litige, soit celle de savoir si la preuve déposée devant le Conseil donnait ouverture à l’application de l’article 11(1) du Code de déontologie.

[53]      À ce sujet, il est acquis que le TP devait faire preuve de déférence face à la Décision du Conseil. [...]

[Renvois omis]

[24]        La juge est d’avis que « [l]e TP ne pouvait intervenir que si la décision du Conseil était déraisonnable ». Elle conclut que le jugement de celui-ci n’est pas raisonnable, tout en reconnaissant, par ailleurs, que le Tribunal a appliqué, comme il se devait, la norme de la décision correcte en ce qui a trait à la décision qu’elle considère, à l’instar du Tribunal, erronée à propos de la nécessité d’une preuve d’expert pour interpréter le droit ontarien en matière de valeurs mobilières.

[25]        Puis, la juge consacre son analyse à vérifier si le Tribunal a commis une erreur révisable en appliquant la norme de la décision de l’erreur manifeste et déterminante lorsqu’il conclut que la preuve donnait ouverture à l’application de l’art. 11(1) du Code de déontologie. À cet égard, elle considère que le Tribunal devait faire preuve de déférence envers la décision du Conseil.

[26]        Elle conclut que la décision du Tribunal de déclarer la culpabilité de l’intimé « n’est pas raisonnable ». Elle situe ainsi les paramètres de son analyse avant d’expliquer plus loin les motifs à l’appui de sa conclusion :

[56]      Afin de déterminer si les conditions d’ouverture de l’article 11(1) du Code de déontologie sont satisfaites, il était nécessaire que le Conseil détermine si la décision au mérite constitue un « jugement définitif d'un tribunal compétent » visant M. Smith et qui le « reconnaît coupable d'une infraction à une loi sur les valeurs mobilières tant au Canada qu’à l’étranger ».

[57]      Il va de soi que la décision au mérite conclut que M. Smith a manqué aux obligations que lui imposait la LVMO [Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario]. Mais, s’agit-il pour autant d’une décision reconnaissant M. Smith coupable d’une infraction? Est-ce que ces deux notions sont interchangeables?

[58]      Le Conseil croît que non et le TP [Tribunal des professions], le contraire. Le Tribunal conclut de son côté que cette dernière décision n’est pas raisonnable. […]

[103]    Il ressort de ce qui précède que le fait d’être « reconnu coupable » d’une infraction a nécessairement une connotation pénale ou criminelle. Cela se distingue de la décision qu’une autorité administrative, comme la CVMO, peut rendre sur la violation ou la contravention par une personne des lois ou règlements relatifs aux valeurs mobilières, et ce, malgré la gravité de la violation ou de la contravention. […]

[107]    Bien que la décision au mérite conclut que M. Smith a commis des violations importantes au droit des valeurs mobilières ontarien et que les pénalités imposées sont sévères, cette décision demeure une décision de nature administrative. En somme, la décision au mérite n’équivaut pas à un jugement prononçant une déclaration de culpabilité à une infraction selon l’article 11(1) du Code de déontologie. […]

[113]    Au final, le Jugement du TP doit être annulé puisque sa conclusion n’appartient pas aux issues possibles acceptables pouvant se justifier au regard des faits et du droit.

[114]    Pareillement, le TP n’aurait pas dû intervenir et infirmer la Décision du Conseil puisque cette décision est raisonnable, même si le TP pouvait avoir une opinion différente.

[115]    Ceci étant, le Tribunal souligne qu’en l’espèce, même si la Décision du Conseil devait être examinée sous l’angle de la décision correcte comme le soumet M. Smith, le résultat serait le même puisque le Tribunal est d’accord que les conditions d’ouverture de l’article 11(1) du Code de déontologie ne sont pas satisfaites.

[27]        En somme, la juge arrive à la même conclusion que le Conseil, mais pour des raisons totalement étrangères au raisonnement de ce dernier.

MOYENS D’APPEL

[28]        L’appelant soulève deux moyens. La juge se serait méprise sur la norme d’intervention applicable par le Tribunal et sur son application, en plus d’avoir erré dans l’interprétation de l’article 11(1) du Code de déontologie.

DISPOSITIONS LÉGISLATIVES

[29]        La disposition pertinente à l’analyse que j’entreprends est la suivante :

Code de déontologie des comptables agréés, C. 48, r. 2.01

11. Est coupable d'un acte dérogatoire à la dignité de la profession, outre ceux mentionnés aux articles 57, 58, 59.1 et 59.2 du Code des professions, tout membre de l'Ordre:

11. Shall be guilty of an act derogatory to the dignity of the profession, in addition to those mentioned in sections 57, 58, 59.1 and 59.2 of the Professional Code, any member of the Ordre who :

1. qu'un jugement définitif d'un tribunal compétent reconnaît coupable d'une infraction à une loi fiscale ou à une loi sur les valeurs mobilières tant au Canada qu'à l'étranger ;

1. is found guilty by a final judgment of a court of competent jurisdiction of an offence against any tax act or securities act in Canada or elsewhere;

[30]        En l’espèce, la plainte a été portée par l’appelant en invoquant les articles 128 et 149.1 du Code des professions, qui, à l’époque des faits en cause et de la date à laquelle la plainte fut portée, étaient ainsi rédigés :

128. Un syndic doit, à la demande du Conseil d’administration, porter contre un professionnel toute plainte qui paraît justifiée; il peut aussi, de sa propre initiative, agir à cet égard.

128. A syndic must, at the request of the board of directors, lodge any complaint against a professional which appears to be justified; he may also, on his own initiative, act in this regard.

Une plainte peut être portée, par ailleurs, par toute autre personne. Cette personne ne peut être poursuivie en justice en raison d’actes accomplis de bonne foi dans l’exercice de ce pouvoir.

A complaint may also be lodged by any other person. Such a person may not be prosecuted by reason of acts engaged in good faith in the exercise of that power.

149.1. Un syndic peut saisir le conseil de discipline, par voie de plainte, de toute décision d’un tribunal canadien déclarant un professionnel coupable d’une infraction criminelle qui, de son avis, a un lien avec l’exercice de la profession. Une copie dûment certifiée de la décision judiciaire fait preuve devant le conseil de discipline de la perpétration de l’infraction et, le cas échéant, des faits qui y sont rapportés. Le conseil de discipline prononce alors contre le professionnel, s’il le juge à propos, l’une ou l’autre des sanctions prévues à l’article 156.

149.1A syndic may, by way of a complaint, seize the disciplinary council of any decision of a Canadian court declaring the professional guilty of a criminal offence which, in the opinion of that syndic, is related to the practice of the profession. A certified copy of the judicial decision is proof before the disciplinary council that the offence was committed and that any facts reported in the decision are true. The disciplinary council then imposes on the professional, where expedient, one of the sanctions prescribed by section 156.

[Soulignement ajouté]

[31]        L’article 149.1 du Code des professions a été modifié en 2013, mais la nouvelle mouture de cette disposition, qui apporte un élargissement explicite, n’est pas applicable à la plainte, puisque les faits reprochés sont antérieurs à la modification. Il n’y a donc pas lieu de s’y arrêter, sinon pour citer, à titre informatif seulement, la disposition qui est depuis ainsi libellée :

149.1. Un syndic peut saisir le conseil de discipline, par voie de plainte :

149.1. A syndic may, by way of a complaint, seize the disciplinary council

1°  de toute décision d’un tribunal canadien déclarant un professionnel coupable d’une infraction criminelle;

(1 of any decision of a Canadian court finding a professional guilty of a criminal offence,

2°  de toute décision rendue au Québec le déclarant coupable d’une infraction visée à l’article 188 ou d’une infraction à une disposition d’une loi du Québec ou d’une loi fédérale;

(2 of any decision made in Québec finding a professional guilty of an offence under section 188 or of an offence under a provision of a Québec or a federal Act, or

3°  de toute décision rendue hors Québec le déclarant coupable d’une infraction qui, si elle avait été commise au Québec, aurait pu faire l’objet d’une poursuite pénale en vertu de l’article 188 ou d’une poursuite pénale en vertu d’une disposition d’une loi du Québec ou d’une loi fédérale.

(3 of any decision made outside Québec finding a professional guilty of an offence which, if committed in Québec, could have resulted in penal proceedings under section 188 or penal proceedings under a provision of a Québec or a federal Act.

La décision visée au premier alinéa doit, de l’avis du syndic, avoir un lien avec l’exercice de la profession.

The decision referred to in the first paragraph must, in the opinion of the syndic, be related to the practice of the profession.

Une copie dûment certifiée de la décision judiciaire fait preuve devant le conseil de discipline de la perpétration de l’infraction et, le cas échéant, des faits qui y sont rapportés. Le conseil de discipline prononce alors contre le professionnel, s’il le juge à propos, une ou plusieurs des sanctions prévues à l’article 156.

A certified copy of the judicial decision is proof before the disciplinary council that the offence was committed and that any facts reported in the decision are true. The disciplinary council then imposes on the professional, where expedient, one or more of the sanctions prescribed by section 156.

[Soulignements ajoutés]

[32]        Qu’en est-il des questions en litige ou moyens d’appel?

ANALYSE

[33]        D’emblée, il importe de réitérer, à l’instar de la juge de première instance et du Tribunal, que le Conseil a fait erreur en concluant à la nécessité d’une preuve d’expert pour interpréter le droit ontarien en matière de valeurs mobilières[13]. Cette conclusion n’est pas réellement remise en cause en appel, pas plus qu’elle ne l’était devant la Cour supérieure.

[34]        Cette question étant écartée, la juge devait déterminer la norme d’intervention à laquelle le Tribunal, siégeant en appel de la décision du Conseil, était soumis, puis examiner l’application qu’il en a faite.

[35]        Dans Parizeau[14], la Cour a qualifié le Tribunal de tribunal spécialisé exerçant une fonction d’appel des décisions disciplinaires. Les normes d’intervention de ce dernier à l’égard d’une décision d’un conseil de discipline sont celles de l’appel et non celles de la révision judiciaire.

[36]        L’exercice consistait donc pour le Tribunal à vérifier si le Conseil avait commis des erreurs de droit ou des erreurs manifestes et dominantes selon le sens donné par la jurisprudence à cette expression. Il est apparent du jugement du Tribunal que ce dernier est conscient des normes d’intervention applicables.

[37]        La juge utilise parfois un vocabulaire équivoque à l’égard de la norme d’intervention qui s’impose au Tribunal envers la décision du Conseil. Il faut toutefois convenir que la norme de l’erreur manifeste et dominante qui s’applique en matière d’appel et celle du caractère raisonnable applicable en matière de pourvoi judiciaire sont sensiblement proches l’une de l’autre[15].

[38]        Lorsque la juge traite de la question de savoir si la preuve déposée devant le Conseil donne ouverture à l’application de l’article 11(1) du Code de déontologie, elle a recours à la norme de la décision raisonnable[16]. Elle fait appel, à juste titre, à cette même norme lorsqu’elle analyse la décision du Tribunal sur une question de droit, à savoir si la décision ontarienne qui fonde la plainte disciplinaire au Québec en vertu de l’art. 11(1) du Code de déontologie constitue « un jugement définitif d’un tribunal compétent » ayant reconnu l’intimé « coupable d’une infraction […] à une loi sur les valeurs mobilières tant au Canada qu’à l’étranger ». En effet, lorsqu’un tribunal spécialisé, comme l’est le Tribunal, interprète sa loi constitutive ou une loi qu’il est chargé d’appliquer, la norme de la décision raisonnable trouve application[17].

[39]        Cela étant établi, l’analyse fouillée de la juge et sa conclusion selon laquelle la décision de nature administrative rendue par la CVMO n’équivaut pas à un jugement prononçant une déclaration de culpabilité à une infraction au sens de l’article 11(1) du Code de déontologie ne comportent pas d’erreur qui puisse justifier l’intervention de la Cour. À cet égard, la conclusion contraire du Tribunal est, comme la juge de première instance l’a décidé, déraisonnable, en ce sens qu’elle ne peut appartenir aux issues possibles acceptables.

[40]        En effet, la terminologie de l’article 11(1) du Code de déontologie participe d’un vocabulaire de droit pénal et criminel. Bien que la décision de la CVMO équivaille à un jugement définitif, elle ne constitue pas pour autant, comme la juge l’énonce, un jugement définitif d’un tribunal compétent qui reconnaît l’intimé coupable d’une infraction à la Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario[18].

[41]        En somme, la reconnaissance par une autorité administrative qu’une personne a contrevenu aux lois ontariennes en matières mobilières (« were in breach of their obligations under Ontario securities laws »), si graves puissent être les manquements ou violations, ne satisfait pas à l’exigence de l’art. 11(1) du Code de déontologie qui requiert plutôt une déclaration de culpabilité de nature pénale ou criminelle par un tribunal compétent à rendre un tel jugement. La contravention constatée par la CVMO, au terme d’une procédure administrative, aux lois des valeurs mobilières ontariennes n’équivaut pas à une déclaration de culpabilité à une infraction pénale prononcée à la suite de procédures pénales[19].

[42]        La Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario prescrit une gamme de procédures dont la nature juridique varie :

[23]      The remedial and enforcement provisions of the Act must be read in light of the fundamental purpose and aim of the legislation. In the light of the overall purpose of the Act, I cannot accept the proposition that the wording of the provision creating the offences prescribed by s. 122 indicates a legislative intention to confer exclusive jurisdiction on the Ontario Court of Justice where it is alleged that a party has been guilty of misrepresentation. The legislature has quite clearly manifested its intention to provide the OSC with a range of remedial options to assist the OSC in carrying out its statutory mandate. The Act provides the OSC with three different enforcement tools: prosecution before the Ontario Court of Justice pursuant to s. 122; administrative sanctions before the OSC itself pursuant to s. 127; and declaratory, injunctive, and other orders from the Superior Court of Justice pursuant to s. 128. These enforcement tools provide the OSC with a range of remedial options to be deployed in the OSC's discretion to meet the wide variety of problems and issues that it must confront. In some cases, the OSC may determine that quasi-criminal prosecution leading to fine or imprisonment is the most effective and appropriate means to ensure compliance with the Act and to ensure public confidence in the capital markets. In other cases, the OSC may prefer the more flexible and less drastic administrative sanctions available pursuant to s. 127 as the best way to achieve the objectives of the legislation. To the extent one can discern a legislative intention from this scheme, it seems to me that the overwhelming message is one of remedial variety and flexibility, rather than one that creates hived-off areas of remedial exclusivity. A court should be loath to prefer a rigidly narrow and literal interpretation over one that recognizes and reflects the purposes of the Act. [20]

[Soulignement ajouté]

[43]        Dans sa décision du 8 mars 2010 sur la contravention à la Loi sur les valeurs mobilières, la CVMO souligne le fait que les règles de preuve applicables devant elle sont plus souples :

87  The Panel has the discretion under s. 15 of the SPPA to admit hearsay evidence, but in exercising its discretion it must have regard to the matter before it. The more serious and contentious the matter, the more a tribunal must have regard to the rights of the parties. Though the Panel has the discretion to admit hearsay evidence, the rules of evidence are relevant and applicable in Commission proceedings. Natural justice and fairness issues must still be considered by the Panel when ruling on admissibility.

88  Parties are entitled to a reasonable opportunity to comment on and contradict evidence. However, hearsay evidence need not be tested by cross-examination in all circumstances.

89  If the Panel admits the evidence, it must be careful not to put too much weight on the evidence when making its final decision. For example, undue weight should not be placed on uncorroborated evidence. It should also be remembered, that while the standard of proof in administrative proceedings is the civil standard of a balance of probabilities, in the interest of a fair hearing, allegations can only be proven by clear and cogent evidence, as stated in Investment Dealers Association of Canada v. Boulieris (2004), 27 O.S.C.B. 1597 (O.S.C.) at para. 34, affirmed [2005] O.J. No. 1984 (Div. Ct.).

[44]        Puis, dans sa décision du 6 août 2010 sur la sanction, la CVMO qualifie ainsi l’objet du pouvoir qu’elle exerce à l’égard de l’intimé et la nature des sanctions qu’elle peut imposer dans ce cas :

[72]      The Commission does not impose sanctions to punish past conduct. Rather, we must act in accordance with our dual mandate of (i) investor protection, and (ii) fostering fair and efficient capital markets and confidence in capital markets. Sanctions must therefore be for the purpose of preventing and restraining future conduct that may be harmful to investors of the capital markets. The Commission’s role in ordering sanctions is outlined in Re Mithras Management Ltd.:

… the role of this Commission is to protect the public interest by removing from the capital markets - wholly or partially, permanently or temporarily, as the circumstances may warrant - those whose conduct in the past leads us to conclude that their conduct in the future may well be detrimental to the integrity of those capital markets. We are not here to punish past conduct; that is the role of the courts, particularly under section 118 [now 122] of the Act. We are here to restrain, as best we can, future conduct that is likely to be prejudicial to the public interest in having capital markets that are both fair and efficient. In so doing we must, of necessity, look to past conduct as a guide to what we believe a person’s future conduct might reasonably be expected to be; we are not prescient, after all.

(Re Mithras Management Ltd. (1990), 13 O.S.C.B. 1600 at pp. 1610-1611)[21]

[45]        Le caractère discrétionnaire, en certaines circonstances, du contre-interrogatoire et surtout du fardeau de preuve, qui est celui de la prépondérance de la preuve et non celui du doute raisonnable, sont autant d’indices additionnels que la décision sur laquelle se fonde le syndic pour porter la plainte en vertu de l’article 11(1) du Code de déontologie n’est pas de la nature d’un jugement en matière pénale ou criminelle.

[46]        Si on considère pour un instant la gravité et l’ordre de grandeur des violations commises en l’espèce et les répercussions lourdes de conséquences pour les victimes de telles fraudes, on peut certes comprendre que l’appelant a voulu saisir l’Ordre de la déclaration de culpabilité de l’intimé par la CVMO. Cela dit, si la décision administrative de la CVMO possède les caractéristiques d’un « jugement définitif », ce jugement n’en est pas un rendu par un « tribunal compétent », c’est-à-dire par un tribunal prononçant une déclaration de culpabilité à une infraction pénale ou criminelle.

[47]        En l’espèce, la CVMO a choisi la voie administrative en assignant l’intimé devant elle pour répondre des chefs qui lui étaient reprochés et l’a sanctionné pour les contraventions à la Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario[22].

[48]        La CVMO est un tribunal dont la compétence est circonscrite par la loi. Elle ne peut prononcer de déclaration de culpabilité à une infraction criminelle ou pénale. Une telle déclaration ne peut être rendue que par la Cour supérieure de justice de l’Ontario en vertu de l’article 122(1) LVMO, qui est ainsi libellé :

122.  (1) Every person or company that,

(a) makes a statement in any material, evidence or information submitted to the Commission, a Director, any person acting under the authority of the Commission or the Executive Director or any person appointed to make an investigation or examination under this Act that, in a material respect and at the time and in the light of the circumstances under which it is made, is misleading or untrue or does not state a fact that is required to be stated or that is necessary to make the statement not misleading;

(b) makes a statement in any application, release, report, preliminary prospectus, prospectus, return, financial statement, information circular, take-over bid circular, issuer bid circular or other document required to be filed or furnished under Ontario securities law that, in a material respect and at the time and in the light of the circumstances under which it is made, is misleading or untrue or does not state a fact that is required to be stated or that is necessary to make the statement not misleading; or

(c) contravenes Ontario securities law,

is guilty of an offence and on conviction is liable to a fine of not more than $5 million or to imprisonment for a term of not more than five years less a day, or to both.

(1.1) Clauses (1) (a) and (b) do not apply to a statement made or given to the Commission in a submission in respect of a proposed rule or policy. […]

(7) No proceeding under this section shall be commenced except with the consent of the Commission.

(8) The Commission or an agent for the Commission may by notice to the clerk of the court having jurisdiction in respect of an offence under this Act require that a provincial judge preside over the proceeding. 

[49]        Par ailleurs, l’appelant fonde son pouvoir habilitant de porter la plainte disciplinaire dans le présent dossier sur les articles 128 et 149.1 du Code des professions cités ci-devant. Si l’article 128 du Code des professions paraît fournir une assise générale au syndic pour porter une plainte, chose certaine, l’article 149.1 du même Code ne lui en offre aucune, en l’espèce. Au contraire, le premier alinéa de cette disposition, tel qu’il était libellé à l’époque pertinente, permet à un syndic de saisir un conseil de discipline « de toute décision d’un tribunal canadien déclarant un professionnel coupable d’une infraction criminelle ». Ce n’est pas le cas ici.

[50]        Le fait que la CVMO a imposé une sanction monétaire pour les violations aux lois ontariennes des valeurs mobilières ne permet pas pour autant d’assimiler la décision rendue à un jugement prononcé par un tribunal ayant la compétence pour déclarer une personne coupable d’une infraction pénale ou criminelle à une loi fiscale ou à une loi sur les valeurs mobilières. Il s’agit de lire en parallèle les textes français et anglais de l’article 11(1) du Code de déontologie pour réaliser que cette disposition ne vise que les tribunaux ou, plus précisément, les cours de justice habilitées à prononcer la culpabilité pénale ou criminelle[23]. La terminologie employée dans les deux langues à l’article 11(1) du Code de déontologie est celle applicable en matière criminelle ou pénale[24].

[51]        Certes, le Tribunal a raison d’affirmer qu’en matière déontologique, l’objectif visé par les mécanismes mis en place est de favoriser une interprétation large susceptible de produire les effets escomptés, dont celui de la protection du public. Cependant, encore faut-il que l’interprétation de la disposition législative en cause par le tribunal spécialisé soit raisonnable. En l’espèce, l’interprétation donnée par le Tribunal ne peut faire partie des issues possibles, comme la juge de la Cour supérieure l’a décidé. Le pourvoi ne peut donc réussir et l’appel doit être rejeté, avec frais de justice.

 

 

 

 

 

JACQUES DUFRESNE, J.C.A.

 

 



[1]     L.R.O., c. S-5.

[2]     Re Norshield Asset Management (Canada) Ltd., 2010 LNONOSC 147 [Décision du 8 mars 2010].

[3]     Norshield Asset Management (Canada) Ltd. (Re), 2010 LNONOSC 563 [Décision du 6 août 2010].

[4]     R.R.Q., c. C-48, r. 2.01 (alors en vigueur).

[5]     Décision du 8 mars 2010, supra, note 2, paragr. 334.

[6]     Décision du 6 août 2010, supra, note 3.

[7]     Xanthoudakis v. Ontario Securities Commission, 2011 ONSC 4685.

[8]     Xanthoudadis v. Ontario Securities Commission, ONCA, no M40717, 25 avril 2012 (aucune demande d’autorisation d’appel formulée en date du 17 août 2012).

[9]     Comptables professionnels agréés (Ordre des) c Smith, 2014 CanLII 36438 (QC CPA).

[10]    Comptables professionnels agréés (Ordre des) c. Smith, 2015 QCTP 45.

[11]    Smith c. Tribunal des professions, 2017 QCCS 513 [Jugement entrepris].

[12]    Comptables professionnels agréés (Ordre des) c. Smith, supra, note 10, paragr. 45-48.

[13]    Article 2809 C.c.Q.

[14]    Parizeau c. Barreau du Québec, 2011 QCCA 1498, paragr. 76 [Parizeau].

[15]    Id., paragr. 91, note infrapaginale 68.

[16]    Dunsmuir c. Nouveau-Brunswick, 2008 CSC 9, paragr. 47.

[17]    Québec (Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail) c. Caron, 2018 CSC 3, paragr. 9; Mouvement laïque québécois c. Saguenay (Ville de), 2015 CSC 16, paragr. 46; Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale (Centre de réadaptation en dépendance de Québec) c. Syndicat des professionnelles en soins de Québec (SPSQ) (FIQ), 2017 QCCA 1254, paragr. 8 et 68; Gouin c. Bergeron, 2017 QCCA 8, paragr. 17, citant Société Radio-Canada c. Canada (Conseil des relations du travail)[1995] 1 R.C.S. 157; Smith c. Alliance Pipeline Ltd., 2011 CSC 7 et Tervita Corp. c. Canada (Commissaire de la concurrence)2015 CSC 3.

[18]    Supra, note 1.

[19]    Wilder v. Ontario Securities Commission, 53 O.R. (3d) 519; 2001 CanLII 24072 (ON CA), paragr. 5-7.

[20]        Id., paragr. 23.

[21]    Décision du 6 août 2010, supra, note 6, paragr. 72.

[22]    Supra, note 1.

[23]    Comité pour le traitement égal des actionnaires minoritaires de la Société Asbestos Ltée c. Ontario (Commission des valeurs mobilières), 2001 CSC 37, paragr. 42-44.

[24]    Jekkel c. Autorité des marchés financiers, 2011 QCCS 3912. Prendre note que cette décision a été rendue avant l’arrêt Parizeau, supra, note 14.

AVIS :
Le lecteur doit s'assurer que les décisions consultées sont finales et sans appel; la consultation du plumitif s'avère une précaution utile.

© Société québécoise d'information juridique (SOQUIJ) - Tous droits réservés  |  SOQUIJ est une société qui relève du ministre de la Justice du Québec