Facebook Twitter LinkedIn YouTube Nous joindre | English

Décision

Les décisions diffusées proviennent de tribunaux ou d'organismes indépendants de SOQUIJ et pourraient ne pas être accessibles aux personnes handicapées qui utilisent des technologies d'adaptation. Visitez la page Accessibilité pour en savoir plus.
Copier l'url dans le presse-papier
Le lien a été copié dans le presse-papier
Lacasse c

Lacasse c. J. Tremblay Auto électrique inc.

2008 QCCQ 7264

COUR DU QUÉBEC

«Division des petites créances»

 

CANADA

PROVINCE DE QUÉBEC

DISTRICT DE

LONGUEUIL

« Chambre civile »

N° :

505-32-021183-067

 

DATE :

11 août 2008

______________________________________________________________________

 

SOUS LA PRÉSIDENCE DE

L’HONORABLE

VIRGILE BUFFONI, J.C.Q.

______________________________________________________________________

 

 

CLÉMENT LACASSE

 

Partie demanderesse

c.

 

J. TREMBLAY AUTO ÉLECTRIQUE INC.

 

Partie défenderesse

 

______________________________________________________________________

 

JUGEMENT

______________________________________________________________________

 

[1]                Le demandeur, Clément Lacasse, réclame à la défenderesse (le garagiste) 4 035,13 $ en raison des malfaçons lors des travaux mécaniques effectués à son automobile par le garagiste en mai 2005.

[2]                Le 11 mai 2005, le garagiste a remplacé les joints d’étanchéité des culasses du moteur de l’automobile de Lacasse, une Ford Mustang 1995, au coût de 1 210,34 $.

[3]                Par la suite, Lacasse est retourné plusieurs fois chez le garagiste pour des problèmes de vibration, de surchauffes du moteur et de fuite de liquide de refroidissement dans la région du joint du couvercle de la chaîne de distribution du moteur. Le garagiste a refusé de réparer gratuitement l’automobile et Lacasse a refusé d’autoriser les réparations suggérées.

[4]                En avril 2006, Lacasse a fait examiner l’automobile par le concessionnaire Olivier Ford (le concessionnaire) qui a diagnostiqué une fuite de l’huile à moteur dans la conduite d’admission d’air et une fuite du liquide de refroidissement provenant du couvercle avant du moteur.

[5]                Après avoir dûment mis en demeure le garagiste, Lacasse a fait réparer ces fuites par le concessionnaire au coût de 4 035,13 $, d’où la présente action.

[6]                Le garagiste invoque l’expiration de la garantie légale de trois mois de la date de ses travaux effectués 11 mois plus tôt pour justifier son refus de payer. La première visite de Lacasse chez le garagiste, après la réparation de mai 2005, a été effectuée à l’intérieur du délai de trois mois de sorte que le garagiste est tenu de respecter cette garantie même s’il n’a pas alors détecté la cause réelle de la défectuosité.

[7]                Le garagiste plaide aussi l’absence de lien entre ses réparations en mai 2005 et les fuites survenues en avril 2006. L’expert de Lacasse, Steve Bessette, le mécanicien à l’emploi du concessionnaire qui a effectué les réparations au printemps 2006, a reconnu à l’audience que la fuite du liquide de refroidissement constatée en avril 2006 n’était pas reliée aux réparations du garagiste en mai 2005.

[8]                Par contre, la fuite d’huile à moteur résulte selon lui de l’installation par le garagiste d’un joint des tubulures d'admission d'air du moteur (gasket d’intake) autre que celui recommandé par le manufacturier, lequel est fabriqué avec des rebords (des lèvres) pour les retenir en place, contrairement au joint de jobber installé. Le joint des tubulures d'admission d'air installé par le garagiste aurait « glissé » et laissé ainsi s’échapper le liquide.

[9]                Le garagiste nie avoir remplacé ce joint des tubulures d'admission d'air en mai 2005. Néanmoins, le Tribunal préfère le témoignage crédible de Bessette selon lequel le remplacement des joints de culasses effectué par le garagiste en mai 2005 requiert nécessairement le remplacement du gasket d’intake. Si le garagiste ne l’a pas remplacé, il s’agirait d’une preuve de négligence ou d’incompétence.

[10]            Le Tribunal préfère aussi le témoignage de l’expert Bessette au rapport écrit de l’expert du garagiste qui n’a pu se prononcer sur cet aspect précis du témoignage de Bessette puisque cet élément d’analyse ne lui avait pas été communiqué avant l’audience.

[11]            En conséquence, le Tribunal conclut à une réparation imparfaite du joint des tubulures d'admission d'air des culasses du moteur de l’automobile de Lacasse par le garagiste en mai 2005.

[12]            Selon le témoignage de Bessette, la réparation spécifique de la fuite de l’huile à moteur implique le remplacement de pièces d’une valeur d’environ 80 $ et le temps de la main d’œuvre, environ 300 $ au tarif horaire de Bessette, soit un total de 435 $, incluant les taxes applicables à l’époque.

[13]            En conséquence, l’action de Lacasse est accueillie pour le montant de 435 $.

 

POUR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL :

 

[14]           CONDAMNE la défenderesse à payer au demandeur la somme de 435 $, avec intérêts au taux légal plus l'indemnité additionnelle prévue à l'article 1619 du Code civil du Québec à compter du 5 mai 2006, date de la mise en demeure, et les frais judiciaires (121 $).

 

 

 

__________________________________

VIRGILE BUFFONI, J.C.Q.

 

AVIS :
Le lecteur doit s'assurer que les décisions consultées sont finales et sans appel; la consultation du plumitif s'avère une précaution utile.

© Société québécoise d'information juridique (SOQUIJ) - Tous droits réservés  |  SOQUIJ est une société qui relève du ministre de la Justice du Québec