Facebook Twitter LinkedIn YouTube Nous joindre | English

Décision

Les décisions diffusées proviennent de tribunaux ou d'organismes indépendants de SOQUIJ et pourraient ne pas être accessibles aux personnes handicapées qui utilisent des technologies d'adaptation. Visitez la page Accessibilité pour en savoir plus.
Copier l'url dans le presse-papier
Le lien a été copié dans le presse-papier

Max Aviation inc. c. Développement de l'aéroport St-Hubert de Longueuil (DASH-L)

2011 QCCA 860

 

COUR D'APPEL

 

CANADA

PROVINCE DE QUÉBEC

GREFFE DE MONTRÉAL

 

No:

500-09-021473-111

 

(505-17-004845-105)

 

 

PROCÈS-VERBAL D'AUDIENCE

 

 

DATE:

2 mai 2011

 

CORAM:  LES HONORABLES

JACQUES CHAMBERLAND, J.C.A.

ANDRÉ ROCHON, J.C.A.

NICOLE DUVAL HESLER, J.C.A.

 

APPELANTES

AVOCATS

MAX AVIATION INC.

CARGAIR LTÉE

PASCAN AVIATION INC.

LES STRUCTURES & COMPOSANTES AVTECH INC.

TRANSVALAIR-EXPRESS INC.

3971830 CANADA INC.

AÉROCLUB DE MONTRÉAL INC.

Me Claude Marseille

Me Simon Seida

Sophie Tremblay (stagiaire)

BLAKE CASSELS & GRAYDON

 

 

 

INTIMÉES

AVOCATS

DÉVELOPPEMENT DE L'AÉROPORT SAINT-HUBERT DE LONGUEUIL

(DASH-L)

GORDON LIVINGSTONE

GUY BENEDETTI

ÉRIC BEAULIEU

PIERRE-HUGUES MILLER

MICHEL TIMPERIO

YAN SAVARIA LAQUERRE

 

Me Paul Adam

Me André Comeau

DUFRESNE HÉBERT COMEAU

 

 

 

MISES EN CAUSE

AVOCATS

NAV CANADA

(mise en cause)

 

 

PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA

(mis en cause)

 

 

VILLE DE LONGUEUIL

(intervenante)

 

COMITÉ ANTI-POLLUTION DES AVIONS DE LONGUEUIL (CAPA-L)

(intervenante)

Me Denis St-Onge

GOWLING LAFLEUR HENDERSON

 

 

Me Pierre Lecavalier (absent)

MINISTÈRE DE LA JUSTICE DU CANADA

 

Me Stéphane Nobert

ANDERSON SINCLAIR AVOCATS LTÉE

 

Me Jacky-Éric Salvant

 

 

Requête de bene esse des appelantes pour l'émission d'une ordonnance de sauvegarde.

 

Requête de bene esse des intimés en suspension de l'injonction interlocutoire.

 

 

Greffier: Robert Osadchuck

Salle: Pierre-Basile-Mignault

 

 

 

AUDITION

 

 

Me Lecavalier a fait parvenir à la Cour une lettre à l'effet qu'il ne serait pas présent pour l'audition des requêtes ce jour.

Les procureurs consentent à procéder sur l'audition des requêtes sans enregistrement.

14 h 04 Début de l'audition.

Quant à la nature de la décision qui était en vigueur au moment où le jugement du juge Claude Bouchard a été rendu le 15 février 2011:

14 h 04 Argumentation de Me Marseille.

14 h 20 Argumentation de Me Adam.

14 h 27 Réplique de Me Marseille.

14 h 29 Suspension

14 h 30 Reprise.

14 h 30 Par la Cour: arrêt (voir page suivante).

Sur la requête de bene esse pour l'émission d'une ordonnance de sauvegarde:

14 h 30 Argumentation de Me Marseille.

15 h 30 Argumentation de Me Adam.

16 h 17 Commentaires de Me St-Onge

16 h 21 Commentaires de Me Salvant

16 h 23 Réplique de Me Marseille

16 h 31 Suspension.

16 h 51 Reprise.

16 h 51 Par la Cour: arrêt (voir page suivante).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Robert Osadchuck

Greffier

 


PAR LA COUR

 

 

ARRÊT

 

 

[1]          Quant à la nature de la décision qui était en vigueur lorsque le jugement du juge Claude Bouchard a été rendu le 15 février 2011, la Cour conclut qu'il s'agissait d'une ordonnance de sauvegarde et non d'une injonction interlocutoire; elle a donc cessé d'avoir effet avec le prononcé du jugement dont appel.

[2]          La requête des intimés de bene esse en suspension d'une injonction interlocutoire est donc REJETÉE, parce que sans objet. Sans frais.

Sur la requête de bene esse des appelantes pour l'émission d'une ordonnance de sauvegarde:

[3]          Les appelantes ont formé appel du jugement du 15 février 2011. Ils demandent maintenant qu'une ordonnance de sauvegarde soit prononcée de façon à préserver le statu quo existant depuis le début du litige opposant les parties.

[4]          L'inscription en appel soulève plusieurs questions sérieuses, dont celle touchant à la compétence de l'intimée Développement de l'aéroport Saint-Hubert de Longueuil (DASH-L) d'adopter la résolution 100603-7, de même que des questions ayant des incidences directes sur la sécurité du trafic aérien à l'aéroport St-Hubert.

[5]          Le dossier est complexe et présente indubitablement un aspect d'intérêt public et de sécurité d'envergure.

[6]          Pour ces raisons particulières, la Cour estime qu'il est dans l'intérêt général de maintenir le statu quo pendant l'appel et, à cette fin, de reconduire l'ordonnance de sauvegarde qui a prévalu jusqu'ici.

[7]          Par ailleurs, la partie de la requête qui vise la nouvelle tarification (frais d'atterrissage) et le zonage doit être rejetée puisqu'il s'agit de questions nouvelles qui, de toute manière, ne seront pas tranchées par l'arrêt de la Cour sur le fond du dossier.

POUR CES MOTIFS, LA COUR:

[8]          ACCUEILLE en partie la requête des appelantes pour le prononcé d'une ordonnance de sauvegarde;

[9]          ORDONNE à l'intimée DASH-L et à ses administrateurs, dirigeants, employés, représentants et ayants droit, incluant les intimés, de ne pas modifier les heures d'utilisation  prévues et négociées entre les parties selon les termes de la Politique de gestion du bruit de juillet 2009 (pièces P-22 et P-23), et ce, jusqu'à ce que la Cour rende sa décision finale en l'instance;

[10]       ORDONNE à la mise en cause NAV Canada de ne pas émettre ou donner suite à une demande de NOTAM faite en contravention aux termes de l'ordonnance ci-dessus;

[11]       ORDONNE à l'intimée DASH-L et à ses administrateurs, dirigeants, employés, représentants et ayants droit, incluant les intimés, de maintenir le statu quo en ce qui a trait à l'utilisation des pistes de l'aéroport de Saint-Hubert par les appelantes, jusqu'à ce que la Cour rende sa décision finale en l'instance.

[12]       Frais à suivre le sort de l'appel.

 

 

 

 

JACQUES CHAMBERLAND, J.C.A.

 

 

 

ANDRÉ ROCHON, J.C.A.

 

 

 

NICOLE DUVAL HESLER, J.C.A.

 

 

AVIS :
Le lecteur doit s'assurer que les décisions consultées sont finales et sans appel; la consultation du plumitif s'avère une précaution utile.

© Société québécoise d'information juridique (SOQUIJ) - Tous droits réservés  |  SOQUIJ est une société qui relève du ministre de la Justice du Québec