Facebook Twitter LinkedIn YouTube Nous joindre | English

Décision

Les décisions diffusées proviennent de tribunaux ou d'organismes indépendants de SOQUIJ et pourraient ne pas être accessibles aux personnes handicapées qui utilisent des technologies d'adaptation. Visitez la page Accessibilité pour en savoir plus.
Copier l'url dans le presse-papier
Le lien a été copié dans le presse-papier
COUR D'APPEL

Droit de la famille — 12798

2012 QCCA 659

 

COUR D'APPEL

 

CANADA

PROVINCE DE QUÉBEC

GREFFE DE MONTRÉAL

 

No:

500-09-021799-119

 

(500-12-265489-025, 500-12-284948-068, 500-12-281162-051, 500-12-296274-081, 500-12-290726-078, 505-12-030478-062)

 

 

PROCÈS-VERBAL D'AUDIENCE

 

 

DATE:

2 avril 2012

 

CORAM:  LES HONORABLES

JACQUES CHAMBERLAND, J.C.A.

JACQUES A. LÉGER, J.C.A.

RICHARD WAGNER, J.C.A.

 

APPELANTES - INTIMÉES INCIDENTES

AVOCATE

H... C...

F… K...

C… B...

M… M...

G... T...

E… L…

Me Anne-France Goldwater

GOLDWATER DUBÉ

 

 

 

INTIMÉS

AVOCAT

P… N... (APPELANT INCIDENT)

 

 

C... J…

R… S…

M… F…

M… A…

N… G…

Me Justin Roberge

CARON ROBERGE INC.

 

Absent et non représenté

Absent et non représenté

Absent et non représenté

Absent et non représenté

Absent et non représenté

 

INTERVENANTS

AVOCATS

PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA

(APPELANT INCIDENT)

 

PROCUREUR GÉNÉRAL DU QUÉBEC

(APPELANT INCIDENT)

Me Pauline Leroux

JOYAL LEBLANC

 

Me Francis Demers

BERNARD ROY

 

 

REQUÊTE DES APPELANTES POUR PROVISION POUR FRAIS

 

Greffier: Robert Osadchuck

Salle: Pierre-Basile-Mignault

 

 

AUDITION

 

 

11 h 31 Début de l'audition.     

11 h 31 La Cour s'adresse à Me Roberge.

11 h 32 Argumentation de Me Goldwater.

11 h 54 Argumentation de Me Roberge.

12 h 06 Argumentation de Me Demers.

12 h 08 Argumentation de Me Leroux.

12 h 09 Réplique de Me Goldwater.

12 h 17 Suspension.

12 h 32 Reprise.

12 h 32 Par la Cour : arrêt -voir page suivante.

 

 

Robert Osadchuck

Greffier

 


PAR LA COUR

 

 

ARRÊT

 

 

 

[1]          Le problème dont la Cour est saisie concerne les coûts liés à la préparation des documents nécessaires à l'audition du pourvoi.

[2]          Les requérantes invoquent une entente entre les parties convenue lors de la conférence de gestion du 24 août 2011, selon laquelle chacune des quatre parties devait assumer une part égale (soit 25%) des coûts liés à la préparation de ces documents, sujet à ce que la Cour décide éventuellement du sort de ces débours au moment de décider du sort de l'appel.

[3]          À ce jour, toutes les parties au dossier ont assumé leur part, sauf l'intimé P… N… Celui-ci - qui n'était pas représenté lors de la conférence de gestion par le même avocat qui le représente aujourd'hui - nie l'existence d'une telle entente.

[4]          La preuve de l'entente n'a pas été établie.

[5]          Rien ne permet de douter de la bonne foi des avocats présents lors de la conférence de gestion. Il y a peut-être eu un malentendu à l'origine de ce que les requérantes ont cru être une entente relative au paiement des coûts.

[6]          Les intervenants, le Procureur général du Canada et le Procureur général du Québec, ont néanmoins décidé d'assumer leur part des coûts, et ce, pour des raisons qui leur sont propres.

[7]          Quant à l'intimé P… N..., celui-ci refuse d'assumer la part qui est requise de lui  (4 561,30 $), d'une part, parce qu'il ne s'était pas engagé à le faire et, d'autre part, parce que les documents/pièces requis par lui ne représentent qu'une infime partie de ceux qui ont été reproduits.

[8]          À défaut d'entente entre les parties, la Cour estime ne pas être en mesure de faire droit à la requête. Dans ce contexte, la Cour ne peut tout simplement pas, à ce stade des procédures, imposer à l'intimé P… N... les coûts liés à la préparation des documents d'appel.

 

EN CONSÉQUENCE, LA COUR :

 

 

 

 

 

[9]          REJETTE la requête, sans frais.

 

 

 

 

JACQUES CHAMBERLAND, J.C.A.

 

 

 

JACQUES A. LÉGER, J.C.A.

 

 

 

RICHARD WAGNER, J.C.A.

 

 

AVIS :
Le lecteur doit s'assurer que les décisions consultées sont finales et sans appel; la consultation du plumitif s'avère une précaution utile.

© Société québécoise d'information juridique (SOQUIJ) - Tous droits réservés  |  SOQUIJ est une société qui relève du ministre de la Justice du Québec